Rechercher dans ce blog

mercredi 20 mars 2019

Elsa Carat - La bulle de Jade

Merci aux éditions Déliées pour l'envoi de ce roman qui sort ce 21 mars !

Le roman se divise en 3 narratrices : Laura, Sophie et Véronique.

Laura est une mère célibataire. C'est la maman de Jade, petite fille atteinte d'autisme. Elle travaille, s'occupe de sa fille et de l'association pour enfants autistes, la Bulle de Jade, qu'elle a créée avec Véronique. Côté cœur, Laura ne semble pas s'être remise de son divorce avec le papa de Jade, Xavier, alors qu'elle va rencontrer le beau Fabien. Et avec l'aide de Véronique, Laura lance un défi à son association !

Véronique est une prof à la retraite. Divorcée sans enfant, elle s'investit corps et âme dans l'association de Laura. Elle vit une relation platonique avec Gilles, tous les mardis au marché.

Sophie est une jeune femme malheureuse en amour qui finira bien par rencontrer l'homme qui lui faut. La jeune femme participe au même cours de zumba que Laura.

La couverture est  toute douce et le titre du bouquin est tout en douceur également.

Le roman est aéré et se lit très vite. Personnellement, je l'ai dévoré. On passe facilement d'une Narratrice à l'autre.

L'écriture est fluide et agréable. Il n'y a pas de véritable suspense mais ce roman fait du bien et est plaisant à lire.

Un vrai feel-good qui traite un sujet sensible et apparemment tabou pour certaines personnes.

Les 3 femmes sont attachantes et j'ai pris plaisir à les suivre. 

Laura est remarquable en mère courage, elle est attendrissante et m'a fait rire par moments. Véronique est adorable avec une abnégation sans faille. Sophie est également attendrissante, on ne lui veut que du bien.

J'ai passé un très bon moment. Je vous conseille vraiment ce roman qui, pour rappel, sort demain.

A bientôt pour de nouvelles aventures livresques

Djustinee

mardi 19 mars 2019

Françoise Bourdin - La maison des Aravis


Merci aux éditions Belfond pour l'envoi de ce roman. 

Cette réédition est sortie le 7 mars 2019. A la base, le roman est sorti en 2000.

J'ai été attirée par cette magnifique couverture et par ce nom qui m'évoque pleiiiin de secrets. Et vous savez que j'aime les secrets n'est-ce pas ?

Bénédicte, vétérinaire à Paris, y vit avec son mari Clément, agent immobilier au chômage et leurs deux enfants, Louise et Laurent.

Leur vie bien rangée se verra chamboulée lorsque Bénédicte hérite de la maison de sa tante dans un petit village près d'Annecy.

D'emblée Bénédicte veut vendre mais Clément est tombé sous le charme de cette maison et s'y projette facilement.

Bénédicte cédera mais tout se passera-t-il comme prévu ?

C'est le premier roman de l'auteure (pourtant très connue) que je lis. Je n'ai donc pas hésité à m'y plonger.

J'ai bien aimé l'écriture fluide de l'auteure. L'histoire me plaît, j'ai bien accroché mais j'aurais voulu plus de mystère autour de la maison. Du coup la fin m'a paru un peu longue. Ce roman reste néanmoins facile à lire mais sans suspense.

J'ai par contre bien aimé me projeter à la montagne et je me suis attachée facilement à Bénédicte et son entourage, sauf à Clément !

Je vous conseille ce roman si vous désirez une lecture facile.

A bientôt pour de nouvelles aventures livresques

Djustinee 

mercredi 13 mars 2019

Martha Hall Kelly - Le lilas ne refleurit qu'après un hiver rigoureux

Trois femmes qui ne se connaissent pas mais trois destins liés pendant et après la dévastatrice Seconde Guerre mondiale.

Caroline, ancienne actrice, est bénévole au consulat de France aux États-Unis. Elle œuvre pour apporter du réconfort via des colis et des aides aux français restés au pays. Sa tâche deviendra plus ardue avec l'arrivée de la guerre . Parallèlement, elle joue au jeu du chat et de la souris avec le bel acteur Paul Rodière qui est en fait un homme marié.

Kasia, jeune polonaise, rêveuse et amoureuse. Éclaireuses et résistante. Elle se fera arrêter avec sa sœur et sa maman. Elles seront déportées au camp de travail de Ravensbrück. Kasia et sa sœur seront ce qu'on appelle Les Lapins (jeunes femmes saines sur lesquelles ont a fait de la chirurgie experimentatrice et qui garderont des séquelles) .

Herta, jeune doctoresse, allemande convaincue que les nazis sont la "race pure" va être engagée au camp de Ravensbrück pour administrer les soins aux détenues. Elle aurait voulu être chirurgien mais à cette époque-là, il était inutile pour une femme de l'envisager.

Ce livre est tiré de faits réels, l'auteure laisse une note à la fin pour nous expliquer les "pistes" explorées pour en arriver à ce roman.

Ce roman est un véritable coup de cœur, il est magistral.

La plume de l'auteure est magnifique. La manière dont elle jongle avec les 3 narratrices se fait de manière fluide, on glisse de l'une à l'autre sans problème.

Ce roman est bouleversant, tragique et dramatique. Je suis passée par tous les sentiments, de la tristesse à la joie. La joie malgré tout, parce que Kasia et les autres femmes enfermées nous prouvent qu'il faut toujours garder espoir. Et pourtant, dans leur situation, je ne vois pas où était l'espoir.

En plus de la plume de l'auteure et de la structure parfaitement maîtrisée, je salue également de travail de l'auteure ; il n'est pas aisé de se baser sur des faits réels pour écrire un roman, surtout lorsqu'il s'agit de la Seconde Guerre mainte fois exploitée.

J'ai été touchée par les personnages de Kasia et Caroline. Et bien en sûr j'ai eu une véritable aversion envers Herta et ses "collègues".

J'ai fermé ce roman, totalement retournée ! Un roman qui me marquera encore longtemps !

A bientôt pour de nouvelles aventures livresques

Djustinee

samedi 9 mars 2019

Stefan Zweig - trois nouvelles

Aujourd'hui je vous présente 3 nouvelles de Stefan Zweig. Les bouquins m'ont été prêtés par Jean-Philippe Lux, un auteur que vous connaissez 😉.

- Vingt-quatre heures de la vie d'une femme : une lecture commune avec ma Yayou. Une lecture d'un autre temps, sur le scandale qu'une femme déclenche en quittant son mari du jour au lendemain pour un étranger. Le Narrateur va alors essayer de comprendre cette femme avec l'aide de l'histoire d'une autre femme. Je ne suis pas trop rentrée dans cette histoire malheureusement même si j'en ai compris la morale. J'ai préféré la biographie de l'auteur qui m'a plus touchée ! Mais ma Yayou, elle, a bien aimé !

- Lettre d'une inconnue : une femme écrit une lettre à l'homme qu'elle aime en secret depuis 13 ans.

- La ruelle au clair de lune : dans une maison close, un homme se fait humilier par une prostituée.

Pour ces deux dernières nouvelles, c'est un peu pareil que pour la première. Je les ai lues et je comprends la morale de chaque nouvelle mais je me demande à chaque fois où l'auteur veut m'emmener avant toute chose.

Plutôt mitigé donc cet avis.

À bientôt pour de nouvelles aventures livresques

Djustinee 

jeudi 7 mars 2019

Paul Colize - Un jour comme les autres

Merci aux Éditions HC pour l'envoi du roman dans le cadre de l'opération Bepolar

C'est l'histoire d'une disparition. La disparition d'Éric Deguide. Il est parti un matin comme un autre sans jamais revenir.

Sa voiture a été retrouvée quelques jours après sa disparition à l'aéroport. Tout porte à croire qu'il s'agit d'un départ volontaire.

Des mois ont passé depuis le départ/ la disparition d'Éric quand un élément nouveau apparaît et relance l'enquête restée au point mort.

Ce livre est une alternance entre l'enquête menée par Emily, la compagne d'Éric et deux journalistes du Soir, Fred et Alain.

Les deux journalistes tenteront d'approcher l'inaccessible Emily pour mener leur enquête mais ce n'est pas une mince affaire.

Qu'est-il arrivé à Éric ?

Il y a beaucoup de personnages dans ce livre mais chacun est suffisamment décrit pour savoir à qui on a affaire. De plus, l'auteur a pris la peine de nous mettre une liste des personnages au début du bouquin.

L'intrigue me plaît d'emblée et la double enquête également. Tout ça est bien ficelé sans fausse note. L'écriture est fluide et les chapitres sont aérés.

Je n'ai, par contre, pas aimé les lettres de Massimo que j'ai trouvées sans intérêt.

Et information non négligeable, l'histoire se passe principalement à Bruxelles - je ne vous ai pas dit tiens que l'auteur est belge 🇧🇪- dans certains lieux que je connais, ça change des habituelles villes qu'on retrouve dans tous les romans.

A bientôt pour de nouvelles aventures livresques

Djustinee


Ps : photo prise en plein cœur de Bruxelles 😁

lundi 4 mars 2019

Laure Naimski - La guerre en soi


Merci aux Éditions Belfond pour l'envoi de ce roman sorti le 7 février.

Louise, notre narratrice, a perdu son mari dans son sommeil, il n'aurait pas souffert.

Son fils, Paul, a toujours été un fugueur ; il aidait les gens qui traversaient la mer pour trouver une vie meilleure. 

Louise a toujours essayé de l'en empêcher mais Paul ne l'a jamais écoutée. Après le décès de son père, Paul a déserté et Louise s'est perdue dans l'alcool. Elle n'avait plus de nouvelles de Paul, jusqu'au jour où elle reçoit un appel pour l'avertir que son fils est décédé. Il n'avait pas encore 28 ans. 

Pour Louise, son fils est mort à cause de gens qui traversent la mer pour une vie meilleure. 

Dans ce récit, Louise s'exprime face à un homme en blouse blanche.

Un récit triste, dramatique poignant. L'écriture de l'auteure et sa manière de tourner les phrases accentuent le tragique de ce roman.

Impossible de ne pas ressentir la détresse et la douleur de Louise. L'auteure a donc su parfaitement retranscrire les émotions.

Par contre, je me suis perdue dans l'imaginaire (ou la folie) et la réalité de Louise... Je ne savais pas toujours où elle voulait m'emmener.

C'est un roman bouleversant, on ne le referme pas indemne...  Il y a comme un souffle de vengeance et de haine dans ce livre

Au niveau de la structure, le roman est aéré malgré le peu de pages ( moins de 140), j'apprécie !

A bientôt pour de nouvelles aventures livresques

Djustinee 

samedi 2 mars 2019

Gaëlle Perrin-Guillet - Haut le chœur

Sortie le 14 mars les petits gars ! 

Merci aux Éditions Taurnada pour cette proposition et cet envoi.

"Quand je sortirai, tu seras la première prévenue… Je saurai te retrouver." 

C'est la phrase qu'Alix Flament s'est entendu dire de la part de la tueuse en série, Eloane Frezet. Une promesse... Depuis, Alix vit dans la peur que la tueuse sorte de prison.

Un jour Alix reçoit un appel... C'est la tueuse. S'ensuit alors une vraie chasse à l'homme, ou à la femme en l'occurrence.

Alix est le "but" d'Eloane mais la tueuse ne commencera pas par là ;Alix doit souffrir. Pour la police, il faudra recommencer le travail d'investigation mené il y a quelques années pour l'arrestation de la tueuse.

Un petit thriller noir qui m'a tenue en haleine du début à la fin, il n'y a pas de pauses. C'est très bien écrit et le suspense est prenant.

Les scènes sont bien décrites mais attention aux petits cœurs, on est dans des scènes très violentes, ce qui ne me dérange pas personnellement !

Je vous conseille tout simplement ce thriller !

A bientôt pour de nouvelles aventures livresques

Djustinee