Rechercher dans ce blog

dimanche 14 juillet 2019

Agnès Martin-Lugand - Une évidence



Quel plaisir de retrouver la plume de cette auteure que j'apprécie tant.

Reine, mère célibataire d'un ado de 17 ans, Noé, vit une petite vie paisible à Rouen.

Lorsque son ami et collaborateur, Paul, l'envoie sur un projet à Saint-Malo, sa vie se verra bouleversée. Le passé pourrait bien la rattraper.

"Faut-il se délivrer du passé pour écrire l'avenir ?"

J'ai aimé découvrir Saint-Malo grâce à la capacité qu'a l'auteure de nous y projeter. Facile pour elle en fait, vu que j'ai découvert que l'auteure y est née !

Les personnages sont tous très attachants, c'est un plaisir d'évoluer avec eux.

On retrouve la plume fluide et sensible de l'auteure que nous connaissons si bien.

L'histoire est prenante.
La chute est surprenante mais bouleversante.

Ce dernier roman est une réussite. Je vous le conseille.

A bientôt pour de nouvelles aventures livresques,

Djustinee 

mercredi 10 juillet 2019

Robin Benway- Si loin de l'arbre



Merci aux Éditions Nathan pour l'envoi.

Alors qu'à 16 ans Grace met au monde sa petite fille qu'elle se voit contrainte de mettre à l'adoption, elle décide de se lancer sur les traces de sa mère biologique car elle-même a été adoptée.

Mais sur les traces de sa mère biologique, c'est un frère et une sœur qu'elle trouvera sur sa route.

Ces 3 adolescents séparés et inconnus  jusque-là se retrouveront liés par le lien de sang et pourraient bien ne plus se quitter.

Un livre qui touche pas mal de sujets liés à l'adolescence ; l'amour, le rejet, la différence, l'amitié, les relations fraternelles plus ou moins compliquées, le harcèlement, l'homosexualité, ...
Un livre rempli de valeurs aussi.

Dans ce livre nous avons donc 3 narrateurs : Grace, son frère (Joaquin) et sa sœur (Maya).
Tout est bien orchestré et fluide.

C'est 3 adolescents sont touchants et attachants. Si différents et pourtant... Leurs histoires sont bouleversantes.

Le livre est facile à lire et, malgré le fait qu'il s'adresse à la jeunesse, il peut très bien plaire aux adultes.

L'auteure écrit avec une grande sensibilité et tellement de justesse ce qui fait de ce roman une petite pépite qui nous fait passer un bon roman

A bientôt pour de nouvelles aventures livresques,

Djustinee

Ps : il s'agit des épreuves non corrigées, ce n'est donc pas la couverture définitive que je vous présente. Ce livre est sorti le 4 juillet. 

jeudi 4 juillet 2019

Stuart Turton - Les sept morts d'Evelyn Hardcastle




Ce soir à 11 heures, Evelyn Hardcastle va être assassinée. 
Qui, dans cette luxueuse demeure anglaise, a intérêt à la tuer ? 
Aiden Bishop a quelques heures pour trouver l'identité de l'assassin et empêcher le meurtre. 
Tant qu'il n'est pas parvenu à ses fins, il est condamné à revivre sans cesse la même journée. 
Celle de la mort d'Evelyn Hardcastle. 

Je ne vais pas tourner autour du pot... La lecture a été laborieuse et ma chronique aussi...

Quand j'ai vu ce titre et cette couverture je m'attendais à passer un super bon moment. Malheureusement j'ai eu énormément de mal à finir cette lecture.

J'ai trouvé ça lourd. Je me suis perdue dans les méandres des personnages à certains moments et dans les chapitres à d'autres. J'aime par contre le lieu utilisé ; le manoir. (petite note, il y a un résumé des personnage s dans le livre pour vous aider mais, malgré cela, ça n'a pas marché pour moi) 

On passe de jour en jour et on retourne de temps en temps en arrière. C'était trop flou ! J'avais du mal à restituer qui était notre personnage du moment. 

L'intrigue est assez complexe et je n'ai pas aimé la manière dont l'auteur a façonné cela. Je n'ai pas du tout été réceptive. Le concept du bouquin aurait pu me plaire mais je n'ai pas été captivée.

Je vais être honnête que, bien que soulagée d'être arrivée à la fin du livre, j'étais aussi soulagée de découvrir la chute. Je n'avais pas lu les 500 pages pour rien et j'avais donc une fin pour éclairer ma lanterne, restée éteinte jusque-là ! 

Attention mes lecteurs, vu la complexité de l'intrigue, ce roman n'est pas un roman de plage ! 

A bientôt pour de nouvelles aventures livresques, 

Djustinee


mardi 2 juillet 2019

Florence Cortot - Le labyrinthe




Merci Librinova pour cet envoi. 

Ce livre est en fait une partie de la vie de notre auteure. Quelque chose qu'elle a voulu partager avec nous. C'est son récit. Florence a été victime/a subi (comment peut-on vraiment le dire ?) d'acouphènes. Elle nous relate son parcours médical mais nous explique la réelle souffrance qu'elle a connue durant cette période. Alors qu'elle vient d'accoucher de son second enfant,  elle a tout pour être heureuse. Malheureusement, ce problème de santé la fera sombrer dans une profonde dépression. 

Notre auteure, Florence, est elle-même médecin (anesthésiste) mais nous raconte son histoire, dans cette autobiographie donc, en tant que patiente. (Et si les médecins étaient les patients les plus chiants? Un peu comme nous les assureurs qui sommes les assurés les plus chiants !) 

Pour moi, ce bouquin nous fait passer 2 messages ;

- le premier est un message d'espoir que vous comprendrez tout au long de votre lecture. La vie est belle, malgré tout. Prenez ce que l'on vous donne. Florence aurait pu sombrer abandonner, baisser les bras mais elle est une femme forte. 

- le second a plus réellement trait à cette maladie. Que je connais peu pour la part. J'ai appris certaines choses bouleversantes. J'étais loin de m'imaginer que des acouphènes pouvaient avoir cet effet sur une personne. 

C'est un tout petit livre (74 pages sur ma liseuse) mais que je vous conseille d'ouvrir, que vous connaissiez ou non cette maladie, car ce récit est touchant et bouleversant. Les émotions de Florence sont décrites avec justesse, sans tricherie, sans faux-semblants.

Ce livre est disponible chez Librinova au prix de 3,99 EUR pour l'ebook et 12,90 EUR en format papier.

A bientôt pour de nouvelles aventures livresques

Djustinee

samedi 29 juin 2019

Hubert Ben Kemoun - Menteur, quel menteur !



Roman dès 10 ans

Merci aux éditions Nathan pour l'envoi.

Alvin est en panique ; sa maîtresse a invité son papa à venir parler de son métier devant la classe. Seulement voilà, selon Alvin le métier de son papa ne fait pas rêver.

Il raconte donc à tous ses camarades que son papa écrit des blagues pour Carambar, des paroles pour des chanteurs très célèbres et qu'il a été, dans son jeune temps, cascadeur pour le cinéma.

L'histoire est mignonne, c'est bien écrit et facile à lire. Je pense que des enfants de 10 ans peuvent le lire sans problème.

Le papa d'Alvin m'a fait mal au cœur ; le petit garçon ne se rend pas compte qu'en voulant cacher le vrai métier de son papa, il lui faisait du mal. Alvin a honte alors que son papa fait un métier tout à fit respectable qui subvient à ses besoins, mais, vu que son papa n'est pas pompier, justicier ou même super-héros, Alvin est honteux.

C'est donc le message de ce petit bouquin ; prenez garde à vos mensonges, en plus de tromper ils peuvent faire du mal aux autres.

Alors mes chers lecteurs, je vous conseille ce petit bouquin et si la littérature jeunesse ne vous branche pas, offrez-le aux petits de votre entourage.

Il faut que vous sachiez quelque chose sur moi ; de temps à autre j'aime la littérature jeunesse, ça va très vite à lire mais il y a toujours un message que les grandes personnes devraient se remémorer, des choses essentielles qu'on peut perdre de vue en grandissant /vieillissant. Personnellement je grandis encore, j'en suis sûre, je ne vieillis pas encore !

A bientôt pour de nouvelles aventures livresques

Djustinee 

mercredi 26 juin 2019

Alia Cardyn - L'envol



Merci aux éditions Charleston pour l'envoi de ce roman.

Légende de Black

Avant il n'y avait rien.
Aujourd'hui, il y a tout. Nous avons tout.
Et ce tout contient une liberté infinie.
De rester ici ou de partir.
De naître, de grandir, de mourir.
De marcher longtemps, de s'arrêter, de pleurer, de crier, rire aussi.
Si avec le temps, votre être s'est figé, le 27 juillet vous offre une opportunité.
Celle de naître à nouveau.




Dans la petite ville de Black, tous les 27 juillet, Barnabé Quills organise une fête somptueuse au bord de l'océan.

Le scénario est le même chaque année, rien de neuf !

Cependant, en ce 27 juillet 2014, la fête sera chamboulée par Théa ; la jeune fille saute dans le vide.

Qu'est-ce qui a bien pu motiver le geste de la jeune fille ?

C'est, entre autres, ce à quoi l'auteure va répondre dans ce roman.

Je découvre cette auteure belge à travers son troisième roman. Le titre m'a donné l'eau à la bouche. Sans avoir lu le résumé, ce titre veut tout dire et son contraire, j'étais intriguée.

En ouvrant ce livre, je trouve l'atmosphère oppressante mais pas dérangeante. On sait que quelque chose de décisif se produira.

Ce roman nous relate donc l'histoire de certains habitants de Black. Entre Charlotte et Jane, les vieilles amies qui me donnent l'impression de ne vivre que pour le 27 juillet, le journal de Théa et les lettres de Jill (la mère de Théa), le livre nous fait tanguer d'un personnage à l'autre et ça me plaît.

Je dois avouer m'être parfois perdue dans les personnages et les récits au début du roman mais n'ayez crainte, cette confusion s'est vite dissipée.

C'est bien écrit, j'avais parfois l'impression de lire un poème tant c'était joli et plein de douceur.

La quête de l'amour est au cœur de ce roman ; on le constate au travers l'histoire de Théa, de Jill, de Charlotte et de Barnabé. Toutes ces personnes sont à la recherche de cet amour dans ce roman, dans toutes ses formes.

Grâce à la structure du roman, on valse entre passé et présent et, vous me connaissez, j'aime ça.

Le dénouement est surprenant, j'en suis soufflée ! L'auteure a réussi à me transporter tout au long de son roman avant que je ne sois totalement subjuguée.

Je vous conseille ce roman prenant, bouleversant et touchant, vous passerez un bon moment lecture.




A bientôt pour de nouvelles aventures livresques

Djustinee 

vendredi 21 juin 2019

Karine Lambert - Toutes les couleurs de la nuit.



Merci aux éditions Calman-Levy pour cet envoi.

Vincent a 35 ans et est professeur de tennis. Il a tout pour être heureux avec sa petite amie Émilie.

Jusqu'au jour où on lui diagnostique une maladie qui lui fera perdre la vue dans les jours qui suivent.

Vincent va devoir apprendre à vivre d'une autre manière. Pour cela, il retrouvera la maison de son défunt grand-père à la campagne.

Là-bas, il re-découvrira le monde avec le toucher, l'ouïe et l'odorat.

Cette couverture et ce titre me plaisent d'emblée. 

Un véritable moment de douceur s'annonçait.

Je n'ai pas été déçue. J'ai retrouvé la délicatesse de l'auteure et sa plume fluide. Les personnages sont attachants. Je suis tombée sous le charme de Vincent et de son courage. Il aurait pu lâcher prise mais au lieu de ça, il s'est battu comme un lion contre cette sentence irrévocable.

Vincent doit apprendre à vivre avec cette future cécité mais il doit aussi l'apprendre à son entourage. Entre ceux qui veulent bien faire et ce qui ont pitié, ça ne sera pas toujours facile pour Vincent.

Au cours de cette lecture, je n'ai pas pu m'empêcher de me demander, et si ça m'arrivait ? Je ne suis pas restée insensible à cette lecture. Elle pousse à se questionner, à voir les choses autrement.

Cette lecture m'a touchée et émue. Elle m'a même bouleversée.

Ce petit roman est une petite pépite qui se lâche une fois terminé. Un roman que je vous conseille.

A bientôt pour de nouvelles aventures livresques,

Djustinee