Rechercher dans ce blog

samedi 22 février 2020

𝓘𝓷𝓰𝓻𝓲𝓭 𝓝𝓸𝔀𝓪𝓴 - 𝓘𝓵𝓼 𝓸𝓷𝓽 𝓿𝓸𝓵é 𝓶𝓪 𝓼𝓪𝓷𝓽é




Chère Ingrid,

Avant même que je n'attaque ton livre, j'étais émue. Ta timidité lorsque tu m'abordes me touche. Ton besoin de me remercier avec plein de petits cadeaux m'émeus. 

Dans ton récit tu nous racontes ton histoire et ton combat de tous les jours. 
Après avoir été victime d'une erreur médicale, tu essaies de sortir la tête de l'eau. Tu devais juste subir un chirurgie bariatrique... Simple. Cela aurait dû changer ta vie. Mais pas comme cela fut le cas. 

Outre ce combat et outre le combat que tu mènes contre ton corps, tu dois te battre contre les autres. Et la tâche n'est pas aisée. 

L'enfer c'est les autres, disait Sartre. Ton histoire nous le prouve encore une fois. Tu dois coexister avec des personnes qui ne comprennent pas, qui te jugent et Dieu sait que les gens aiment les commérages. 

Heureusement, tu sembles bien entourée et reconnaissante. 

Je suis chamboulée par tes mots, ton récit, ton vécu et ce que tu vis encore. 

Dans ton livre tu ne cherches aucun jugement, aucune pitié. Je n'ai eu ni l'un ni l'autre. Je n'ai eu que de l'admiration et de la compassion. 

Ton histoire mérite d'être lue. Puisse-t-elle donner la force à ceux qui en ont besoin pour mener leur combat. 

Je fière que tu m'ais demandé de lire ton histoire et je te remercie de ta confiance pour cette chronique ! Je suis également très heureuse d'avoir fait ta connaissance. Tu es une personne extraordinaire qui mérite d'être heureuse. 

Je vous conseille cette lecture, tout simplement. 


Et je crois que dès le début, on m'a placée en responsable, responsable de toutes ces mésaventures. C'était ma faute, du moins la faute de mon corps, toujours lui. Ce corps si mal foutu, si mal conçu, c'est lui qui m'avait précipitée dans toute cette histoire. Oui, pendant plus de dix ans, on m'a tenue pour responsable, mais je vais vous livrer un secret: je ne l'étais pas. 



Une éternité de tristesse : pourquoi moi, mais qu'est-ce que j'ai fait pour mériter tout ça ? Une éternité de colère, une éternité d'épuisement, une éternité de tout... Et vous savez c'est long, c'est très long, l'éternité. 



A bientôt pour de nouvelles aventures livresques, 

Djustinee 

mercredi 19 février 2020

𝐀𝐧𝐭𝐡𝐨𝐧𝐲 𝐁𝐮𝐬𝐬𝐨𝐧𝐧𝐚𝐢𝐬 - 𝐔𝐧 𝐬𝐚𝐦𝐞𝐝𝐢 𝐬𝐨𝐢𝐫 𝐞𝐧𝐭𝐫𝐞 𝐚𝐦𝐢𝐬




{Parution : septembre 2019}

Je remercie les Éditions Préludes pour cet envoi. 

Claire est inquiète. Son petit ami, Medhi, ne donne plus signe de vie. Ni à elle, ni à sa famille, ni à ses amis. Ce n'est pas son habitude. 

François , de son côté, a organisé sa soirée avec ses voisins. Une équipe de choc et une proie de choix. Medhi sera la victime de leur chasse à l'homme. 

L'idée de la chasse à l'homme me plaît d'emblée. Je me plonge avec plaisir dans cette lecture. Néanmoins, je n'arrive pas à accrocher à ce thriller et je suis assez dérangée par l'écriture que je trouve trop simpliste. 

A aucun moment je n'ai réussi à être propulsée dans ce livre. Le suspense n'est pas prenant et, d'ailleurs, peu présent. Le lecteur arrive vite à dénouer les quelques ficelles. Je ne suis pas captivée comme je devrais l'être. 

L'auteur aborde des sujets qui sont d'actualité. Malheureusement cela se fait avec des protagonistes qui, je trouve, tombent dans de gros clichés ; le jeune homme musulman qui tombe dans les griffes de 2 racistes campagnards, le couple mère-fils incestueux, le bon père de famille qui ne l'est pas tant que ça et j'en passe. 

A mon niveau, c'est un acte manqué. Ce bouquin avait tout pour me plaire mais il ne m'a pas captivée. Je n'ai ressenti aucun besoin d'urgence en le lisant et j'étais soulagée de le terminer. 

Si je suis passée à côté de cette lecture mais je vous conseille néanmoins de vous y plonger, peut-être serez-vous plus réceptifs que moi ?! Pour ma part, j'ai encore une fois la preuve qu'il en faut pour tous les goûts ! 




lundi 17 février 2020

Chris Loseus - Les parapluies noirs

 
{Parution en décembre 2019}

Je remercie les Éditions Ifs pour cet envoi. 

Studio City à Hollywood. Le corps d’une fillette de dix ans est retrouvé sous un pont. Le jour des obsèques, sa maman aperçoit un inconnu quitter sa maison et trouve les mèches du scalp de sa fille posées sur l’oreiller. Elle décide de ne pas en informer le lieutenant chargé de l’enquête, mais se jure de retrouver elle-même l’assassin pour que justice soit faite... 

Je dois dire que ce livre est saisissant. En le recevant et en voyant cette couverture et ce titre, je m'attendais à tout sauf à me retrouver à Hollywood. Je vous entends déjà me dire que je n'ai qu'à lire le résumé, ça m'apprendra ! Et moi de vous répondre ; non, non et non. Vous ne me changerez pas 

Malheureusement, je ne suis pas passionnée par l'histoire, elle ne me transporte pas vraiment et je ne ressens aucun besoin d'urgence en lisant ce thriller. 

Néanmoins, l'atmosphère est atypique et je n'ai eu aucun mal à lire ce livre. Ça reste malgré tout un thriller efficace, sans fioritures et assez inattendu.

C'est donc un bilan assez mitigé pour moi étant donné que je ne suis pas réellement passionnée par cette histoire. Je pense cependant que cette lecture pourrait plaire à beaucoup d'entre vous. 

A bientôt pour de nouvelles aventures livresques, 

Djustinee 

mardi 11 février 2020

𝓙𝓾𝓵𝓲𝓮𝓷 𝓢𝓪𝓷𝓭𝓻𝓮𝓵 - 𝓛𝓪 𝓬𝓱𝓪𝓶𝓫𝓻𝓮 𝓭𝓮𝓼 𝓶𝓮𝓻𝓿𝓮𝓲𝓵𝓵𝓮𝓼





 

Aujourd'hui je vous parle de ce petit livre qui était dans ma PAL depuis près d'un an. Il était temps de l'en sortir. Ç'aurait été dommage de passer à côté de cette petite merveille.

Louis a douze ans. Ce matin, alors qu’il veut confier à sa mère, Thelma, qu’il est amoureux pour la première fois, il voit bien qu’elle pense à autre chose, sûrement encore à son travail. Alors il part avec son skate, fâché et déçu, et traverse la rue à toute vitesse. Un camion le percute de plein fouet. Le pronostic est sombre.
Dans quatre semaines, s’il n’y a pas d’amélioration, il faudra débrancher le respirateur de Louis. En rentrant de l’hôpital, désespérée, Thelma trouve un carnet sous le matelas de son fils. À l’intérieur, il a répertorié toutes les expériences qu’il aimerait vivre un jour : la liste de ses « merveilles ». Thelma prend une décision : une par une, ces merveilles, elle va les accomplir à sa place. Et les lui raconter. Si Louis entend ses aventures, il verra combien la vie est belle. Peut-être que ça l’aidera à revenir. Mais il n’est pas si facile de vivre les rêves d’un ado, quand on a presque quarante ans...

Au cours de cette lecture, je suis passée par toute une palette de sentiments. Je suis passé me du rire aux larmes et des larmes aux rires. J'ai été transportée, émue, bouleversée, touchée, amusée,... C'est drôle et tendre. 

Je me suis attachée aux personnages présents dans ce livre. J'ai aimé évoluer avec eux.

La N arratrice principale est donc Thelma, la maman de Louis mais son récit est entrecoupé par les pensées de Louis. C'est un point qui me plaît également, même si le récit de Thelma reste prédominant . Je salue également la capacité de l'auteur à se mettre dans la peau d'une femme.

L'écriture me plaît. C'est assez fluide. Les chapitres sont courts. Ce petit livre se devore tout simplement. Je suis conquise et j'ai hâte de découvrir les autres livres de l'auteur.

Je vous conseille cette lecture !

A bientôt pour de nouvelles aventures livresques,

Djustinee 

samedi 8 février 2020

Liane Moriarty - Neuf parfaits étrangers




 
{Parution le 29 janvier 2020} 
Je remercie les Éditions Albin Michel pour cet envoi. 

A Tranquillium House, station thermale, vous participerez à une cure de 10 jours. Qu'elle soit en solo, en couple ou en famille, vous serez mis au régime, au silence et coupé de vos technologies afin de prendre un bon départ au terme de cette cure. 

Le livre nous invite à participer à la cure de neuf personnes qui ont toutes décidé d'en ressortir remplies d'une nouvelle énergie positive. 

Durant cette cure, les petits et grands secrets des uns et des autres pourraient bien faire surface. Cette cure pourrait bien ne pas se passer comme prévu.

Après cette lecture, je pense que vous n'envisagerez plus de vous inscrire à une cure de bien-être.

Quel ravissement de pouvoir me plonger dans le dernier roman de cette auteure que j'aime tant ! Malheureusement, mon enthousiasme est vite retombé. L'auteure m'a habituée à une autre ambiance dans ses romans ; j'aurais tant voulu me trouver à nouveau dans ces petits quartiers australiens. L'ambiance Desperate Housewives à laquelle l'auteure m'a accoutumée m'a terriblement manquée.

Malgré cette déception pour moi, je dois dire qu'il se lit assez facilement. Les situations sont parfaitement travaillées et je retrouve l'écriture de l'auteure.

Le roman est une alternance entre tous les personnages présents. C'est une chose que j'apprécie de manière générale dans un livre.
Concernant ces personnages, justement, je trouve que l'auteure a parfaitement travaillé leurs histoires et personnalités. Selon moi, c'est sans fausse note et ça tient la route. Malheureusement, dans ce roman, je n'arrive pas à m'attacher aux personnages. 

Je déplore quelques longueurs néanmoins nécessaires pour poser le contexte et comprendre ce qui pousse nos "patients" à participer à cette cure. Sans oublier nos "soigneurs".

En résumé, je dirai donc que, dans ce roman, ce qui ne me plaît pas c'est bel et bien le récit. Je m'attendais à une certaine continuité dans le style de récit de l'auteure néanmoins, j'y retrouve sa plume.

A bientôt pour de nouvelles aventures livresques,

Djustinee 

lundi 3 février 2020

𝓟𝓪𝓾𝓵 𝓓𝓾𝓫𝓸𝓲𝓼 - 𝓥𝓸𝓾𝓼 𝓹𝓵𝓪𝓲𝓼𝓪𝓷𝓽𝓮𝔃 𝓜𝓸𝓷𝓼𝓲𝓮𝓾𝓻 𝓣𝓪𝓷𝓷𝓮𝓻





Je remercie les Éditions Points pour l'envoi de ce collector paru à l'occasion de Noël. 

Paul Tanner menait une vie assez paisible avant d'hériter d'un bien immobilier de son oncle. Il décide de revendre sa propre maison pour investir son temps et son argent dans  les travaux de cet héritage. 
C'est là que la galère commence pour Monsieur Tanner qui verra défiler les différents corps de métier dans sa nouvelle demeure. Apparemment, c'est une conspiration ; tous ces corps de métiers lui rendent la vie dure !

Ces faits, racontés sous forme de roman, sont véridiques. Malgré l'immense détresse dont a fait preuve Monsieur Tanner, tout ça est raconté avec beaucoup d'amour. J'ai énormément ri des situations et ce la manière dont tout cela est raconté !

Les chapitres sont assez courts, ce qui fait que ce petit livre se lit à grande vitesse. C'est de ce fait assez fluide et aéré. Le roman avant de déconvenue en situation cocasse, c'est u' réel plaisir pour le lecteur. 

L'idée de mettre ce sujet dans un bouquin me plaît. Je trouve ça assez original étant donné que c'est un sujet que je n'ai pas beaucoup vu abordé dans des romans et je trouve que c'est brillamment abordé par l'auteur. 

Je vous conseille ce petit roman, j'ai passé un très bon moment. 

A bientôt pour de nouvelles aventures livresques, 

Djustinee 

dimanche 2 février 2020

𝔅𝔢𝔯𝔱𝔯𝔞𝔫𝔡 𝔍𝔲𝔩𝔩𝔦𝔢𝔫-𝔑𝔬𝔤𝔞𝔯è𝔡𝔢 - 𝔏𝔞 𝔰𝔢𝔠𝔬𝔫𝔡𝔢 𝔪𝔬𝔦𝔱𝔦é 𝔡𝔢 𝔪𝔬𝔫 𝔠œ𝔲𝔯



Merci à l'auteur et à Flammarion Jeunesse pour ce roman. 

Dans ce livre, vous retrouverez Karen et Tom que vous avez peut-être déjà rencontrés dans 𝓛𝓪 𝓹𝓻𝓮𝓶𝓲è𝓻𝓮 𝓯𝓸𝓲𝓼 𝓺𝓾𝓮 𝓳'𝓪𝓲 é𝓽é 𝓭𝓮𝓾𝔁 ( le lien dans ma chronique sera  à la fin de cet article).
𝔸𝕧𝕖𝕣𝕥𝕚𝕤𝕤𝕖𝕞𝕖𝕟𝕥 : si vous comptez lire le premier tome, ne lisez pas cette chronique ! 

Si vous avez lu ce premier tome ( je parlerai de cette histoire de suite plus bas), Karen avait imposé une pause à Tom. Karen est restée à Paris alors que Tom est retourné chez ses grands-parents à Londres.

Dans ce second tome, alors que Karen se rend en voyage humanitaire en Afrique, elle se voit contrainte de revenir. Ça pourrait bien être le signe qu'il fallait à Tom pour faire un pas vers la jeune fille.

C'est une romance jeunesse, c'est donc mignon et tout comme le premier roman, un peu naïf. C'est léger et fluide et ce roman se lit très facilement.

On retrouve les mêmes thèmes que ceux déjà abordés dans l'histoire de Karen et Tom ; l'amour, l'amitié, la mort (le deuil) et également les liens familiaux.

Je retrouve donc avec plaisir les personnages principaux et je dois dire que, Karen ayant gagné en maturité, elle arrive à ne plus m'énerver.

Je reste, malgré tout, perdue dans les goûts musicaux des protagonistes mais je trouve cela moins dérangeant que dans le premier tome.

La fin est assez ouverte, on peut donc envisager une suite. Mais je pense également que l'histoire de ces 2 jeunes adultes pourrait également très bien se terminer là pour laisser place à notre imagination. A suivre...

Je suis donc satisfaite de ce second tome qui étoffe plus la relation de Karen et Tom.

Je vous parle de premier et second tome depuis le début de cet article. Effectivement, l'histoire de Tom et Karen a commencé dans 𝓛𝓪 𝓹𝓻𝓮𝓶𝓲è𝓻𝓮 𝓯𝓸𝓲𝓼 𝓺𝓾𝓮 𝓳'𝓪𝓲 é𝓽é 𝓭𝓮𝓾𝔁. Je trouvais la fin de ce premier tome peu aboutie et je suis donc contente de voir qu'il y a une suite. J'ai lu ce second tome avec une personne qui n'avait pas lu le premier et qui a, malgré tout, compris tout ce qui se passait dans ce roman. Ce livre peut donc être lu indépendamment de son prédécesseur. 

Vous trouverez le lien de mon article sur La première fois que j'ai été deux ici :  http://livresquement-djustinee.blogspot.com/2019/01/bertrand-jullien-nogarede-la-premiere.html?m=1
Vous y trouverez un petit résumé et mon avis.

A bientôt pour de nouvelles aventures livresques, 

Djustinee